mondevegan

Wang Wang, un chien de race qui a vécu dans une usine à chiens

In Lydia - communication animale on 06/02/2012 at 20 h 49 min

Dans le passé, Wang Wang est un chien de race qui a vécu dans une usine à chiens, et a été abandonné par la suite par le propriétaire car il était malade. Il a ensuite été adopté et vit désormais dans une nouvelle maison.Lydia : Wang Wang dit qu’il adore être dans votre maison, où il se sent encore comme un bébé. Il aime tout particulièrement votre façon de l’étreindre et de le caresser quand vous regardez la télévision. Il aime la façon dont vous le caressez, il aime ce sentiment.

Papa : Oui, il aime faire le doux.

Lydia : C’est vrai ! Il sent qu’il est tout simplement comme un bébé.

Maman : A-t-il une affinité extraordinaire avec nous ? Il est devenu très proche de nous dès son arrivée ici.

Lydia : Il dit qu’il est un ange venu d’en haut pour acquérir un peu d’expérience à travers ses missions. Votre maison est un lieu de repos qu’il a choisi après la fin de sa mission.

Maman : Auparavant, il est tombé malade dans l’usine à chiens et souffrait de filariose (maladie des vers du cœur). Son propriétaire l’a abandonné et a mis une annonce d’adoption sur Internet.

Lydia : Il est très reconnaissant envers vous d’être aussi tolérants et de prendre soin de lui.

Papa : Il nous apporte beaucoup de joie. A son arrivée chez nous, nous avons préparé beaucoup de fruits frais et de plats végétariens pour lui. Il a accepté la nourriture sans aucun problème et il adore ça. Il aime tout particulièrement le chou-fleur.

Lydia : Il dit qu’il adore les fruits et les légumes que vous lui préparez, car ils sont très frais et pleins d’énergie. En les mangeant, il sent que les cellules de son corps sont vivantes.

Il dit qu’auparavant, à l’usine à chiens, il était parfois nourri avec des aliments pour chiens, parfois avec des déchets alimentaires. Il n’avait pas d’appétit et était sous-alimenté. Parfois, la nourriture était périmée, donc il n’en retirait aucune énergie.

A cette époque, il sentait que les cellules de son organisme n’étaient pas du tout vivantes, mais étaient au contraire très lourdes. C’est pourquoi il était en mauvaise santé.

Papa : Il n’est pas étonnant qu’il ait l’air très malheureux là-bas.

Lydia : Oui, très malheureux.

Maman : Précédemment, vous avez dit qu’il était un ange. S’il vous plaît demandez-lui de décrire brièvement le paradis.

Lydia : Wang Wang dit que l’endroit où il avait l’habitude de rester était un endroit très joyeux. Il était semblable à un parc pour enfants, et c’est pourquoi il adore jouer au ballon. Il aimait y jouer quand il était là-haut. Il était doué pour jouer au ballon de nombreuses façons, avec la tête, les pattes, ou même en donnant des coups de pattes après avoir fait un saut périlleux. Il aime vraiment jouer au ballon. Il dit que les ballons là-haut étaient colorés et virevoltants.

Papa : Nous allons lui acheter ce genre de jouets.

Lydia : Oui, il adore ça.

 

Papa : La plupart des gens aiment acheter des chiens dans les usines à chiens, est-il prêt à nous expliquer la situation dans ces lieux ?

Lydia : Wang Wang dit que l’endroit était puant et exigu. Les excréments n’étaient pas nettoyés, donc leurs corps étaient souvent sales ; il se sentait sale. Parfois, quand il avait très faim, il mangeait même ses propres excréments. Beaucoup de chiens faisaient ça.

L’endroit était si étroit qu’ils pouvaient à peine se retourner. Les chiens plus petits pouvaient se tourner, mais pas ceux de grande taille.

Toute la journée, leur propriétaire voulait qu’ils s’accouplent, ce qu’il n’aimait pas. Cependant, il ne pouvait pas résister car ils mettaient des médicaments dans la nourriture. Ils ne pouvaient pas contrôler leurs corps. Donc, même s’il détestait le faire, il le faisait tout de même car il ne pouvait pas contrôler son corps.

Les propriétaires des usines à chiens n’avaient aucun amour du tout. Ils voulaient seulement que les chiens se reproduisent et se reproduisent comme des fous ; ils les traitaient comme de simples machines à gagner de l’argent.

Wang Wang dit qu’il ne peut pas comprendre pourquoi les humains veulent des chiens de race ; il estime que cela n’a pas de sens. Il dit que l’accouplement est juste un comportement corporel, un instinct naturel, mais là c’en est trop. En fait, cela conduit tous les chiens à avoir de la haine envers eux-mêmes, de la haine pour ce qu’ils font, et de le faire de façon répétée. Ils ne peuvent pas se contrôler et ils ne peuvent pas résister. Ainsi, il espère que les gens dans les usines à chiens vont cesser de leur faire du mal comme ça. Ils veulent vivre leur vie librement. Ils veulent contrôler leur propre vie. Ils veulent chercher des gardiens humains qui les aiment, et veulent vivre heureux dans leurs familles. Chaque chien espère avoir des gardiens qui prennent soin d’eux et les aiment. Ils ne veulent plus être maltraités.

Il me dit maintenant : Dans l’usine à chiens, il avait des difficultés respiratoires, parce que c’était surpeuplé. Il avait des difficultés à respirer, parce qu’il était stressé et se sentait très agité. Parfois, il voulait même se tuer parce qu’il sentait qu’il ne pouvait pas continuer à vivre comme ça. Il n’avait aucune idée de combien de temps il allait devoir vivre ainsi.

Maman : Pas étonnant qu’à son arrivée, il était si malade qu’il ne pouvait ni jouer ni courir.

Papa : L’impression est encore plus profonde dans mon esprit. Quand je suis allé à l’adopter, il se cachait dans un coin. Lorsque je le serrais dans mes bras, il était tout tremblant, ce qui me rendait très triste.

Lydia : Il dit qu’il ne peut pas imaginer qu’un grand nombre de ses semblables souffrent encore là-bas. S’il pouvait parler, il dirait au propriétaire des usines à chiens d’arrêter de faire cela, de cesser de traiter les chiens de cette manière. Ils ont aussi une vie et une conscience. Ils veulent aussi vivre une vie indépendante comme les humains. Ils ne veulent pas être confinés dans une petite cage et que leurs vies soient dominées par les gens. Ils veulent être libres et ils veulent que les gens se soucient d’eux.

Il est très heureux que ces jours soient passés, maintenant qu’il est venu chez vous et est devenu votre enfant.

Maman : Wang Wang veut-il dire autre chose à papa, maman et sa sœur ?

Lydia : Il dit qu’il va veiller sur vous toute sa vie et être votre enfant pour toujours.

Maman : Oh ! Merci beaucoup ! Nous sommes reconnaissants à Dieu de nous envoyer un si bon garçon. Il est vraiment bon.

Papa : Connaît-il le Maître ? A-t-il communiqué avec le Maître ?

Lydia : Wang Wang dit qu’il sait. Le Maître est présent dans tous les coins de cette maison. Il voit beaucoup de Lumière partout. Parfois, la nuit, le Maître vient lui chanter des berceuses, et ensuite dans ses rêves, il joue à la balle avec le Maître.

Puis le Maître le réconforte et lui dit de ne pas retourner dans l’usine à chiens du passé. Le Maître a dit que cette époque était révolue et maintenant il a papa et maman qui l’aiment tant. Il a une vie heureuse maintenant, et il devrait en profiter au maximum. Il est profondément reconnaissant d’avoir fait en sorte qu’il soit dans une bonne famille. Il est profondément touché et il utilisera tout son pouvoir pour vous aimer. Il dit merci beaucoup !

Papa et Maman : Nous sommes également très reconnaissants de sa compagnie. Nous aussi l’aimons beaucoup.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :